Nos voeux pour 2016

vendredi 18 décembre 2015

Compte-rendu d'entretien avec Madame Ducret

Dans un précédent article, nous évoquions notre projet de rencontre avec Madame Ducret. Nous en rendons compte publiquement, puisque toutes les questions abordées concernaient chaque citoyen wasquehalien et sont très concrets.
Madame Ducret nous recevait en compagnie de Madame Soinne, adjointe à l'urbanisme.

1. AGIR POUR LA RÉNOVATION DES LOGEMENTS :


Nous faisions dans ce cadre les propositions suivantes :
  • en accueillant à la Mairie et à l'annexe du Capreau des permanences régulières avec l'aide de l'Espace Info Energie ;
  • en diffusant comme à Marcq en Baroeul ou Villeneuve d'Ascq une brochure de conseils pour la rénovation thermique et la recherche des aides possibles de la MEL, de la Région et de l'ANAH
  • en mobilisant la Métropole pour des Opérations Programmées d'Amélioration de l'Habitat sur certains secteurs.
Madame Ducret et sont adjointe ont pris note sans observation. 
Les nécessités ainsi que contexte politique des régionales doivent nous amener, selon nous, à mettre en oeuvre le plus rapidement possible ces Opérations d'amélioration de l'habitat, notamment sur le nord-Capreau et le haut Vinage.
Nous aurons l'occasion d'y revenir souvent.

2. AGIR POUR SE DEPLACER MIEUX ET AUTREMENT :
Les rues de Wasquehal sont étroites. Le stationnement automobile y devient difficile. De nombreux nouveaux logements en centre ville imposent d'autres modes de déplacement. Se déplacer autrement est bien moins coûteux que d'être propriétaire d'une voiture et permet de réduire la pollution :
En complément du métro, du tram, et des bus (dont la rapidité et la fréquence doivent être améliorés),
  • favorisons et sécurisons les déplacements en vélo pour les courts trajets (on se déplace presque aussi vite à vélo qu'en voiture en ville, pour un coût bien moindre, et c'est meilleurs pour la santé!) ;
  • pour les déplacements plus longs et hors agglomération, développons le co-voiturage et créons une station Lilas auto-partage en centre ville.
Là encore, les élus ont pris note, et un contact est prévu entre le représentant wasquehalien de l'Association pour le Droit au Vélo et Monsieur Prieur.

3. AGIR POUR LE RETOUR DE LA NATURE EN VILLE

Nous rappelions qu'en mobilisant les habitants, la commune peut :

- développer les surfaces boisées autour du canal en en faisant une promenade verte-arboretum;

-exiger dans les règles d'urbanisme le maintien au maximum des espaces boisés, et, en cas d'obligation de destruction d'un arbre, son remplacement par deux autres arbres d'espèces locales.

- inclure des jardins partagés dans chaque nouveau programme de construction

- s'inscrire dans la démarche « incroyables comestibles ».



Madame Soinne s'est montrée intéressée par la mise en route d'un jardin partagé au Haut Vinage, et nous suivons ce dossier.

Un échange a eu lieu sur le projet d'aménagement de logements sur la branche de Croix, qui suppose une modification du Plan Local d'Urbanisme. Nous avons rappelé quant à nous la nécessité, dans une ville où existe le risque inondation, de préserver et d'amplifier les surfaces boisées, et, plus généralement non imperméabilisées,  autour de la Marque.
Nous devons y être particulièrement vigilants dans l'examen des projets d'urbanisme à venir sur ce secteur.
Nous souhaitons qu'il y ait une véritable politique de l'arbre sur la commune.

4. AGIR POUR L'APPLICATION DE LA LOI SUR LE HANDICAP


La municipalité nous a fait part de sa volonté d'aller de l'avant sur toutes les dispositions prévues par la loi de 2005.

Nous le vérifierons.


5. AGIR POUR UN ACCUEIL DIGNE DES SANS ABRI, FRANÇAIS, RÉFUGIÉS OU ROMS
Alors que l'hiver se profile, nous souhaitions que notre municipalité contribue à l'accueil d'urgence des sans abri et contribue à un accueil digne des réfugiés et roms, plutôt que de contribuer à un jeu pervers de « mistigri » les précarisant chaque jour davantage et mobilisant les policiers pour des missions qui ne devraient pas être les leurs...

San répondre sur la mise en oeuvre d'hébergements d'urgence pour les sans abri, Madame Ducret s'est focalisée sur la situation des quelques familles rom sur la commune. Le dialogue n'a pas été possible sur le sujet. Nous en prenons acte.

Pourtant, nous rappelons que la mise en oeuvre d'hébergements d'urgence s'impose aux pouvoirs publics quels qu'ils soient :

« Toute personne sans-abri et en situation de détresse médicale, psychique ou sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d'hébergement d'urgence. »
(Code de l’Action Sociale et des Familles, article L. 345-2-2)


La ville de Wasquehal, qui compte 20 000 habitants, ne peut reporter sur l'Etat seul cette responsabilité. Dans le cadre de la Métropole Européenne de Lille, la commune doit participer à cet effort, qui ne peut se limiter à quelques communes volontaires. 


vendredi 4 décembre 2015

Le 13, au soir, trop tard pour pleurer!

Citoyens engagés, issus pour la plupart des milieux associatifs, syndicaux ou de l'économie solidaire, les membres de la liste Wasquehal Ecologique et Solidaire restent plus que jamais mobilisés en cette veille d'élection régionale. 
Quels que soient nos sensibilités, nous nous retrouvons dans l'appel lancé il y a deux semaines à l'initiative de plusieurs grandes associations régionales. Nous relayons cet appel :

"
Appel des Citoyens en colère et mobilisés.

Le 14 décembre, trop tard pour pleurer !!
Nous, signataires de cet appel, citoyens, défenseurs des libertés associatives, des solidarités et de l’économie solidaire, entrons en résistance maintenant et pour longtemps !
Nous aussi sommes en colère :
  • Face aux pratiques des partis politiques et de leurs élu-e-s qui désespèrent les citoyens, ne les impliquent plus dans les projets et actions dès leur élection assurée et laissent aux mains de quelques professionnels le soin d’écrire l’avenir de notre région,
  • De voir nos familles, voisins, collègues et adhérents traduire leur dégoût du “politique” par l’abandon de leur droit de vote, par le désengagement de l’action collective ou pire, par l’acceptation des discours simplistes, sectaires et haineux,
  • Du risque de voir l’exécutif de la nouvelle grande région tomber aux mains d’une majorité de politiques qui déjà récusent toutes nos valeurs: la liberté d’expression et de pensée, la solidarité envers les plus fragiles, l’équité entre tous quelles que soient l’origine ou la religion, l’humanisme et la volonté de construire ensemble…
Nous sommes fiers de notre région et voulons continuer à vivre dans un territoire solidaire, entreprenant, humaniste et sans exclusion.
Nous, signataires de cet appel, nous nous engageons à :
  • Faire l’effort* d’aller voter les 06 et 13 décembre prochains pour les listes candidates qui respectent le mieux nos valeurs et nos projets, et à inciter nos amis, voisins, familles, collègues, adhérents à en faire de même car, particulièrement pour cette élection*, l’abstention est incompatible avec un engagement associatif, 
  • Entrer en résistance active, maintenant et pour longtemps, individuellement et collectivement en rejoignant la mobilisation des citoyens encolèreetmobilisés. Sans attendre le résultat des élections, nous ne voulons plus déléguer à des partis politiques, des élu(e)s et des techniciens le soin de décider seuls. Nous voulons être co-auteurs des politiques publiques, co-produire un projet régional qui nous laisse fiers de notre territoire et qui confirme les valeurs de solidarités qui fondent notre région. "
 *  les arguments sont détaillés dans la FAQ
----
Foire aux questions

Qui a lancé cet appel ?
Cette démarche est à l’initiative de l’APES et de la MRES. Elle est déjà soutenue par 38 réseaux et fédérations associatives : APES (Acteurs pour une Economie Solidaire), MRES (Maison Régionale de l'Environnement et des Solidarités), Mouvement Rural des Jeunesses Chrétiennes NPDC, Union Régionale des Centre Sociaux NPDC, Confédération Paysanne NPDC, AMAP 5962, Association Solidarité avec les Travailleurs Immigrés (ATSI)- Aisne, Secours Catholique Aisne, AFIP NPDC, Le Café des Enfants de Béthune, La Maison de l'Environnement de Dunkerque, La Brouette Bleue (62), Croc la Vie, Biocoop Vitavie, CEDAPAS (Centre d'Etudes pour le Développement d'une Agriculture plus Autonome et Solidaire), ADELFA (Assemblée de Défense de l'Environnement, du littoral Flandre-Artois), Ligue des Droits de l'Homme section de Dunkerque, Co-Porteurs, T'OP !, Eau...secours 62 arrageois, Les Amis de la Terre- groupe de Dunkerque, Cultures du Coeur NPDC, Auto'mobile 59, le garage associatif du Cambrésis, Noeux Environnement, Paysannes en bio, Co-porteurs, ADAV Vacances & Voyages, ATTAC Artois, Groupe Non Violent Louis Lecoin, La Prima Porta, Robin des Bio, Groupe d’études citoyennes sur le vieillissement, Générations et Cultures, Les Amis des Jardins Ouverts et néanmoins clôturés, Les Blongios, TOITMOINOUS, Planning familial Métropole Lilloise.

Pourquoi être engagés dans un projet associatif ou d’économie solidaire est incompatible avec l’abstention pour cette élection ?
Parce que s'engager dans une association, c'est croire que l'on peut changer les choses ensemble. Ne pas s'exprimer dans les urnes, c'est ne plus croire en la démocratie représentative. Or, c'est dans cette démocratie que nous vivons. Ne pas aller voter donne donc le pouvoir à ceux qui y vont de décider sans nous et pour nous. Surtout au vu du mode de scrutin des régionales.(cf. ci-dessous). Nous refusons la politique de terre brûlée, nous refusons la résignation et croyons que "L'avenir n'est pas ce qui va arriver mais ce que nous allons en faire." H. Bergson

Pourquoi s’abstenir ou voter nul se traduit par donner sa voix à la liste arrivée en tête ?
Le mode de scrutin des régionales (fausse proportionnelle) attribue la “prime” à la liste arrivée première : elle obtient 25% des sièges, puis les 75% restants sont répartis proportionnellement.(ex. : 2nd tour avec 3 listes : liste A =40 % ; liste B = 35 % ; liste = C 25%
Résultat : Liste A = [25% + (40% x75%)] = 55% des sièges, soit la majorité absolue.

Pourquoi tant d’importance donnée aux pouvoirs de la nouvelle région ?
Depuis la réforme sur les grandes régions et la loi NOTRe, les compétences des régions se sont renforcées. Elles ont la compétence intégrale sur toutes les grandes politiques qui affectent notre quotidien (liste) l’Etat ne gardant que les politiques régaliennes (armée, police, justice, éducation, santé…). Le Conseil régional peut décider (ou non) de déléguer certaines parties de ses compétences à des territoires (Métropoles, communautés de communes…). Les compétences de la région :
  • Développement économique,
  • Aménagement du territoire,
  • Transports et mobilités,
  • Education, formation professionnelle,
  • Environnement,
  • Aménagement numérique,
  • Gestion des programmes européens,
  • Développement durable des territoires.
Comment entrer en RESISTANCE active ?
  • En revendiquant le droit de co-construire les politiques publiques régionales.
  • En prenant une part active aux actions de démocratie directe sur les territoires.
  • En exigeant le droit au financement par subventions des projets associatifs et en refusant la logique de marchandisation de nos activités.
  • En revendiquant le droit de «faire avec et ensemble» plutôt que « devoir tout déléguer ».
Les acteurs de l'économie sociale et solidaire, engagés dans la transformation sociale, montrent et revendiquent chaque jour qu'un autre modèle est possible.
Face à la crise économique, financière, environnementale, et démocratique actuelle, les mouvements de citoyens associés se multiplient pour construire les solutions, que ce soit au niveau local, régional voire mondial. Le tissu associatif est devenu un pourvoyeur incontournable de lien social, le moteur d'une économie solidaire et un des acteurs de la transition écologique.
Les collectivités territoriales, et la région en particulier, doivent conduire des politiques ouvrant la voie à un nouvel élan associatif.

jeudi 26 novembre 2015

Moustiques


« Si vous pensez que vous êtes trop petit pour changer le monde, alors faites l'expérience de dormir avec un moustique et vous verrez qui empêche l'autre de dormir. »Le dalaï- lama




NOUS N'ATTENDONS PAS 2020 POUR AGIR AVEC et POUR LES WASQUEHALIENS


Le verdict des urnes est clair. Madame Ducret a été confirmée dans ses fonctions de Maire.
Dans un contexte électoral compliqué, le résultat des « écologistes et solidaires », présents pour la première fois de manière autonome, est fort modeste, mais ils existent et ont renforcé leur potentiel militant.
Pourtant les défis écologiques et sociaux sont nombreux, sur la commune comme dans la métropole : pollution, diminution des espaces verts, constructions anarchiques... augmentation de la précarité énergétique, fermetures d'entreprises...
A l'heure de la COP 21 contre le dérèglement climatique, qui impliquerait encore plus de dégâts environnementaux, économiques et sociaux, à Wasquehal comme ailleurs, écologistes et solidaires, nous prouverons que défendre l'environnement c'est aussi défendre l'économie et l'emploi durable.

Nous chercherons à en convaincre la municipalité et les wasquehaliens par la parole et par les actes.

Quelques exemples d'autres communes que nous pourrions reprendre à notre compte :

1. AGIR POUR LA RÉNOVATION DES LOGEMENTS :

Roubaix: elle isole son logement sans rien débourser

(Nord Eclair du 08/11)

A Wasquehal, sans débourser beaucoup d'argent, la commune peut être la chef de file de la rénovation des logements anciens :
  • en accueillant à la Mairie et à l'annexe du Capreau des permanences régulières avec l'aide de l'Espace Info Energie ;
  • en diffusant comme à Marcq en Baroeul ou Villeneuve d'Ascq une brochure de conseils pour la rénovation thermique et la recherche des aides possibles de la MEL, de la Région et de l'ANAH
  • en mobilisant la Métropole pour des Opérations Programmées de l'Habitat sur certains secteurs.

C'est bon pour les habitants, bon pour l'environnement et bon pour les entreprises locales du bâtiment.

2. AGIR POUR SE DEPLACER MIEUX ET AUTREMENT :
Les rues de Wasquehal sont étroites. Le stationnement automobile y devient difficile. De nombreux nouveaux logements en centre ville imposent d'autres modes de déplacement. Se déplacer autrement est bien moins coûteux que d'être propriétaire d'une voiture et permet de réduire la pollution :

 

Tourcoing : Lilas Autopartage installe son premier véhicule électrique à l’Union (La Voix du Nord 5 octobre 2015)


En complément du métro, du tram, et des bus (dont la rapidité et la fréquence doivent être améliorés),
  • favorisons et sécurisons les déplacements en vélo pour les courts trajets (on se déplace presque aussi vite à vélo qu'en voiture en ville, pour un coût bien moindre, et c'est meilleurs pour la santé!) ;
  • pour les déplacements plus longs et hors agglomération, développons le co-voiturage et créons une station Lilas auto-partage en centre ville.

3. AGIR POUR LE RETOUR DE LA NATURE EN VILLE

Forest-sur-Marque: le lancement du jardin partagé (La Voix du Nord 07/11/2015)

On peut certes vanter les « 35 hectares d'espaces verts » de la commune, mais Marcq en a 600, ces 35 hectares comptent aussi la friche de l'incinérateur et les abords du canal, et certains espaces verts mériteraient sans doute d'être mieux entretenus.

En mobilisant les habitants, la commune peut :

- développer les surfaces boisées autour du canal en en faisant une promenade verte-arboretum;

-exiger dans les règles d'urbanisme le maintien au maximum des espaces boisés, et, en cas d'obligation de destruction d'un arbre, son remplacement par deux autres arbres d'espèces locales.

- inclure des jardins partagés dans chaque nouveau programme de construction

- s'inscrire dans la démarche « incroyables comestibles ».

C'est bon pour la qualité de vie et bon pour la qualité de l'air.

4. AGIR POUR L'APPLICATION DE LA LOI SUR LE HANDICAP

Un bilan en demi-teinte pour la loi sur le handicap de 2005 (La Croix, 2 février 2015)

Nous étions les seuls à faire des propositions pour les handicapés – et pas seulement pour les handicaps moteurs- en septembre : la loi est mal appliquée à Wasquehal . Pourtant, les municipalités avaient 10 ans pour les mettre en œuvre !
Nous serons donc vigilants pour :
  • Le respect des obligations d'embauche par la Mairie
  • l'activation de la commission communale d'accessibilité : production d'un rapport annuel , PAVE ( plan de mise en accessibilité de la voirie et des espaces publics ) , Agenda d'accessibilité programmé, véhicule spécifique, adaptation du cinéma...
  • La sensibilisation aux différents handicaps avec un guide pratique de la ville
  • Le soutien financier aux associations wasquehaliennes oeuvrant pour l'intégration des personnes handicapées

5. AGIR POUR UN ACCUEIL DIGNE DES SANS ABRI, FRANÇAIS, RÉFUGIÉS OU ROMS

Lambersart: un centre d’accueil d’urgence des sans-abris ouvre ce soir (La Voix du Nord, le 09/12/2014)

Alors que l'hiver se profile, nous souhaitons que notre municipalité contribue à l'accueil d'urgence des sans abri et contribue à un accueil digne des réfugiés et roms, plutôt que de contribuer à un jeu pervers de « mistigri » les précarisant chaque jour davantage et mobilisant les policiers pour des missions qui ne devraient pas être les leurs...
Voici, parmi d'autres, 5 dossiers pour lesquels nous entendons bien être les « moustiques » qui empêchent de dormir tout au long des 5 années qui viennent.

PS : suite à notre demande, Nous avons été reçus par Madame Ducret. Nous rendrons compte de notre entretien très prochainement.

mardi 17 novembre 2015

Comptes de campagne de Wasquehal Ecologique et Solidaire

Les comptes de Campagne de la liste Wasquehal Eclogique et Solidaire, soutenue par Europe Ecologie Les Verts,  ont été envoyés à la Commission Nationale des Comptes de Campagne (CNCCFP), qui doit en vérifier la validité.
 Cette procédure est obligatoire et la non présentation de ces comptes implique des sanctions, notamment l'inéligibilité temporaire de la tête de liste à d'autres élections.
L' expert comptable mandaté par la liste (c'est une obligation) établit les comptes à hauteur de :
  • 4665,63€ le R39 inclus (l'article « R39 » du code électoral concerne la profession de foi, les bulletins et affiches, qui peuvent être remboursés directement par l’État aux imprimeurs, sur la base d'un barème, en fonction des quantités prévues par la Préfecture). 

  • dont 3155,88€ hors R39, qui varient forcément d'un candidat à l'autre, et qui font l'objet d'un dépôt de comptes à faire valider par la CNCCFP (avant éventuel remboursement si le candidat a obtenu plus de 5%). Ces  3155,88€ correspondent pour la liste Wasquehal Écologique et Solidaire, pour l'essentiel, à des frais de conception et d'impression de tracts, du programme diffusé à 7000 exemplaires, de T-shirts, et accessoirement la facture de l'expert comptable.
Ces dépenses sont modestes , à la fois en raison de la courte campagne, mais aussi de l'engagement militant et de l'absence de dépenses de local de campagne.
Ces comptes, qui peuvent encore être partiellement réformés par la CNCCFP, seront publiés au Journal Officiel après leur validation.

lundi 16 novembre 2015

Concertation préalable MERCREDI 18 à 18h30 en mairie

Du 16 novembre 2015 au 17 décembre 2015 inclus aura lieu une concertation préalable sur les aménagements envisagés entre la rue Jean Macé et la branche de Croix de la Marque, face au Port du Dragon.

Il s'agit de concevoir de nouveaux logements collectifs sur deux secteurs :
- l'un pour lequel un projet de construire a déjà été déposé, pour lequel une large publicité a été accordée récemment;
- l'autre en prolongement du premier, pour lequel il est nécessaire de modifier le Plan Local d'Urbanisme, car ce secteur est actuellement occupé par des jardins familiaux.

Nous vous invitons à nous rejoindre pour poser vos questions et apporter vos remarques à la réunion publique qui aura lieu en mairie le mercredi 18 novembre à 18h30.

Il est dommage que l' information locale  ait été très légère, et ne figure d'ailleurs pas à l'agenda en ligne de la commune,  mais le dossier de concertation est consultable au service Urbanisme, à la Résidence Saint Roch, rue Marceau, ou téléchargeable sur le site de la Métropole européenne de Lille:
http://www.lillemetropole.fr/sites/lmcu/mel/institution/dialogue-citoyen/je-participe/wasquehal---dragon.html

Défendons notre démocratie.

Notre pays est en deuil suite aux lâches attentats de Paris, qui visaient nos modes de vie et notre culture, mais, au-delà, tentent de défaire notre société en suscitant des tensions avec nos concitoyens musulmans ou même supposés tels.
Ils tentent aussi de fragiliser notre démocratie.
A l'appel de la Ligue des droits de l'Homme, nous nous sommes rassemblés dès samedi en solidarité avec les victimes, mais aussi pour défendre nos valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité .
Nous comprenons que, dans le contexte actuel, le travail des services de police et les impératifs de sécurité justifient un certain nombre de mesures d'urgence comme une vigilance accrue à l'occasion des rassemblements humains de tous types.
Nous serons en revanche très vigilants pour que l'exercice des libertés démocratiques soit sauvegardé, car c'est ce pourquoi des générations de Français se sont battues.
Notre démocratie doit reprendre pleinement ses droits, à Wasquehal comme ailleurs, dès la fin des trois jours de deuil national .

dimanche 8 novembre 2015

Logements de la friche Lepers : oui, mais...

La municipalité, avec le concours de Bouygues Immobilier, annonce la construction de 143 logements collectifs à l'emplacement de la friche Lepers.
Qu'en penser, en tant que militants écologistes et solidaires?

Nous relevons des points positifs:

1. C'est du logement collectif, plutôt que du pavillonnaire, en centre-ville, c'est plus cohérent, et cela limite l'imperméabilisation des sols, ce qui est essentiel dans une zone classée inondable .
2. Il vaut mieux construire au coeur des villes, et à la place de friches que par l'extension urbaine sur des terrains agricoles.
3. Il y a 43 logements sociaux prévus.


Mais nous avons beaucoup de points d'interrogation, auxquels répondent très imparfaitement les documents publics obtenus:

4. Logements sociaux, oui mais lesquels? éligibles au Prêt Locatif à Usage Social, permettant de renforcer la mixité sociale? On peut en douter, d'autant que la Société Immobilière Artésienne n'est pas connue pour sa philanthropie. L'une des cibles de clientèle devrait être les salariés travaillant à Wasquehal.

5. Comment, par exemple, le constructeur entend-t-il produire de l'eau chaude thermique et sanitaire?N'est-ce pas l'occasion de le faire à partir du solaire?
6. "Un système de compteur électrique installé dans chaque logement pour un suivi de la consommation", n'est-ce pas le fameux compteur Linky qu'ERDF veut imposer, que dénoncent à la fois les organisations de consommateurs comme l'UFC- Que choisir (pour les coûts cachés) et les associations qui agissent pour la limitation des ondes électromagnétiques. On peut faire beaucoup plus simple pour économiser l'énergie!
7. Ne pas tourner le dos à l'eau dans la ville est une bonne idée, à condition de se souvenir d'une part que Wasquehal est en zone inondable, même si nous n'avons pas eu à déplorer depuis longtemps d'inondation grave; et d'autre part, les abords immédiats de la Marque doivent devenir pour les wasquehaliens un lieu de promenade agréable. Le développement de plantations d'arbres aux bords de ce bras contribuerait à la fois à la protection des rives, à l'agrément de tous et à la valorisation de l'opération.
8. La mobilité induite. La cible recherchée semble plutôt des jeunes ménages et en tout cas des familles peu nombreuses. En centre-ville, à proximité du métro et des bus, il faut renforcer encore l'offre alternative à la voiture individuelle par l'installation d'une station Lilas auto-partage, d'un espace co-voiturage et d'une station V'Lille.

Voici quelques questions auxquelles nous aimerions avoir réponse.

Bernard DE VEYLDER

lundi 2 novembre 2015

Quand la SNCF confond élagage et massacre à la tronçonneuse...

La ligne SNCF qui traverse Wasquehal est fort heureusement arborée de part et d'autre. Bien entendu, il est légitime que ces arbres soient élagués, voire coupés quand ils sont malades, ou quand ils sont manifestement trop près de la voie...sous réserve que chaque arbre coupé soit remplacé.
Nous savons aussi que certains jeunes utilisent parfois, à leurs risques et périls, la voie SNCF entre le Haut Vinage et le collège, ce qui impose une vigilance des conducteurs de trains et une bonne vision.
Face à ce problème, la SNCF pouvait d'ailleurs surélever et consolider les grillages qui protègent les voies.
Hélas, ce n'est pas le choix qui a été fait, puisque entre la rue du Professeur Roux et le collège, on a choisi de transformer carrément le boisement en glacis (voir photos)!








Des riverains sont déjà intervenus pour arrêter le massacre, qui constitue pour eux une dégradation de leur environnement et pour tous une perte de biodiversité.

Un important nombre d' arbres sains, notamment des frênes, pourtant plantés suffisamment loin de la voie ferrée, ont ainsi été sacrifiés.

Nous exigeons de la SNCF le reboisement de ce secteur, en bas du talus, par des variétés d'arbre de qualité, en alternant arbres à croissance courte et arbres à croissance lente.



mardi 29 septembre 2015

Mobilisation pour le climat!

Nous reviendrons dans un autre article sur l'analyse des résultats du scrutin municipal. Mais l'urgence, désormais, c'est aussi de se mobiliser pour combattre le réchauffement climatique et cela ne peut attendre 2020.

Nous soutenons la mobilisation d'un collectif de 130 associations pour la COP 21, dont nous relayons l'appel ici:

APPEL A MOBILISATION

Alors que la France s'apprête à accueillir le sommet des Nations Unies sur le changement climatique du 30 novembre au 11 décembre 2015, plus de 130 organisations de la société civile, des syndicats aux associations de solidarité internationale, en passant par des organisations confessionnelles, des ONG de défense des droits humains, de l’environnement ou encore des mouvements sociaux, se sont alliées au sein de la Coalition Climat 21.

Ensemble, elles affirment que ces négociations, si elles sont une étape nécessaire, ne seront pas suffisantes pour combattre le dérèglement climatique et les inégalités qu’il entraîne, comme nous l’ont montré celles des 20 dernières années. C'est pourquoi elles appellent les citoyennes et les citoyens à profiter du rayonnement politique et médiatique de la COP21 pour s’organiser et se mobiliser largement afin de lancer ensemble un mouvement fort et durable pour la justice climatique. Ouvert à toutes et à tous, ce mouvement puise sa force dans sa diversité.


La Coalition Climat 21 lance un appel aux citoyennes et aux citoyens : mobilisons-nous pour le climat !


Ce combat pour la justice climatique ne commence pas et ne prendra pas fin au Sommet de Paris. Mais l’année 2015 constitue une véritable opportunité pour nous rassembler et affirmer que le monde que nous voulons est à notre portée : un monde à l’abri des ravages du changement climatique, où l’économie est au service des humains et de la planète, permettant à chacune et à chacun, sur tous les territoires, de vivre décemment de son travail, de respirer un air sain dans un environnement préservé, et assurant des modèles de développement authentiquement durables pour toutes et tous. Pour tout changer, nous avons besoin de toutes et de tous.
Rejoignez-nous lors des quatre temps forts de la mobilisation, et changeons ensemble le cours de l’histoire !

...

Mobilisons-nous avant, pendant et au-delà de la COP 21 !


Les 28-29 novembre : prenons part à La marche mondiale pour le climat.
A la veille de l’ouverture la conférence, des centaines de milliers de personnes descendront dans les rues de Paris (le 29) et des grandes villes du monde (les 28 et 29), pour marcher ensemble et affirmer haut et fort nos revendications, de l’alimentation aux emplois, de l’énergie à l’éradication de la pauvreté.

(UNE MANIFESTATION SERA ORGANISÉE A LILLE LE 29 NOVEMBRE)

Pendant les deux semaines de la COP, les actions se multiplieront, particulièrement à Paris.



Les 5 et 6 décembre : rendez-vous au Sommet citoyen pour le climat, à Montreuil.
Le Sommet citoyen pour le climat sera l’occasion de vous rendre au Village mondial des alternatives pour découvrir les solutions qui existent pour lutter contre le dérèglement climatique, et de suivre les débats et conférences organisées dans le cadre du Climat Forum.

Du 7 au 11 décembre : le CENTQUATRE se transformera en Zone d’action climat (ZAC) et deviendra notre quartier général.
Débats, activités grand public de sensibilisation au dérèglement climatique,…le CENTQUATRE sera un grand espace de convergence et de mobilisation ouvert à toutes celles et ceux qui souhaitent prendre part aux actions citoyennes et contribuer aux alternatives au changement climatique.


Le 12 décembre à 12h, direction Paris, afin de rejoindre la plus grande action de masse pour la justice climatique.
Au moment où l’ONU annoncera les résultats de ses négociations marathon, nous passerons à l’action pour de vraies solutions au changement climatique. Unissons-nous pour montrer la force de notre mouvement et envoyer un signal clair en faveur d’un avenir meilleur, plus respectueux de l’environnement, et plus juste pour toutes et tous.
Le 12 décembre, montrons leur qu’un autre monde est possible, au-delà de la COP 21 !

lundi 28 septembre 2015

Ducret II: une nouvelle phase pour Wasquehal Ecologique et Solidaire

Les résultats sont tombés. Madame Ducret a été réélue, de justesse, certes, mais réélue.
Nous respectons naturellement le verdict des urnes, et, si celui-ci ne nous a pas permis d'être présents au sein du Conseil Municipal, rien ne nous empêche d'être, dans la ville, force d'opposition et de proposition, comme nous avons déjà pu commencer à l'être sur un certain nombre de sujets:

- opposition aux atteintes à la solidarité et à l'environnement;
- propositions concrètes pour mieux vivre ensemble, au sein comme en dehors des conseils de quartiers : jardins partagés, mobilité, patrimoine municipal, crèches...sur tous ces sujets nous avons des propositions à faire;
- présence au sein des forces vives de la ville.

D'autre part, nous avons  quatre ans pour construire avec les autres forces de l'opposition démocratique une alternative crédible à la droite sous ses diverses variantes, et choisir démocratiquement quelle personne sera en mesure de conduire la liste qui portera cette alternative.

L'action en commun peut être une occasion de rapprochements.  Nous le souhaitons vivement.

Bernard DE VEYLDER

lundi 21 septembre 2015

Notre position sur le second tour

Comme nous l'indiquions dans notre précédent message, nous persistons à penser que Wasquehal mérite mieux, au second tour de cette élection municipale, que cette opposition entre une droite clientéliste qui a mal géré la ville pendant trop longtemps et une droite bonapartiste qui aspire à lui donner un traitement de choc à la sauce libérale.





N'étant pas propriétaires des voix de nos électeurs, nous ne donnerons pas de consigne de vote, mais, en ce qui nous concerne nous voterons blanc .

Quelque soit le résultat du deuxième tour, notre combat d'écologistes pour la ville prendra désormais deux formes:

- d'une part, celle de la mobilisation citoyenne dans la ville sur nos thèmes : solidarité et écologie,  urbanisme, modes de déplacements doux, jardins partagés... Nous serons force d'opposition et de proposition.

- d'autre part, celle de la préparation, avec humilité, des échéances municipales de 2020, en favorisant le lien et l'échange entre les autres forces démocratiques d'opposition, qui,comme nous, devront se faire entendre hors du conseil.

Pour Wasquehal Ecologique et Solidaire,

Bernard DE VEYLDER

dimanche 20 septembre 2015

A très bientôt!

Ce dimanche soir, malgré la déception du résultat de Wasquehal Ecologique et Solidaire,  je voudrais d'abord remercier tous les colistiers qui ont bien voulu s'engager dans l'aventure d'une première liste écologiste et solidaire sur Wasquehal, ainsi que les électeurs qui, contre vents et marée, nous ont accordé leur confiance.

Un  temps de campagne trop court, beaucoup d'abstentions, une focalisation artificielle entre la majorité d'avant 2014 et celle de Mme Ducret, au fond, les deux faces d'une même médaille, mais aussi le nombre de listes, n'a pas permis de faire émerger le neuf.

La sympathie exprimée pour nos idées ne s'est pas traduite dans les urnes. Les écologistes ne retrouvent pas, loin s'en faut, les 612 voix obtenues lors des cantonales, mais cette baisse est commune aux autres listes à l'exception du duel Ducret/Hanicotte. Une seule bonne nouvelle: une baisse significative, à contre-courant, du score du FN, sans lequel cette élection n'aurait pas eu lieu.

Nous serons attentifs à d'éventuels ralliements de part et d'autres des qualifiés pour le second tour avant de nous positionner définitivement quant au deuxième tour, mais nous persistons à penser que Wasquehal mérite mieux que cette opposition entre une droite clientéliste qui a mal géré la ville pendant trop longtemps et une droite bonapartiste qui aspire à lui donner un traitement de choc à la sauce libérale.

Quelque soit le résultat du deuxième tour, notre combat d'écologistes prendra deux formes:

- d'une part, celle de la mobilisation citoyenne dans la ville sur nos thèmes : solidarité et écologie,  , urbanisme, modes de déplacements doux, jardins partagés...
- d'autre part, celle de la préparation, avec humilité, des échéances municipales de 2020, en favorisant le lien et l'échange entre les autres forces démocratiques d'opposition.

Bernard DE VEYLDER

vendredi 18 septembre 2015

2016 : année cruciale pour les associations

Le collectif des associations citoyennes a diffusé hier le communiqué ci-dessous.

Nous condamnons depuis longtemps la baisse des dotations d'état aux communes,  qui n'est hélas pas nouvelle, et qui va avoir un impact réel sur le budget des communes et donc des associations.

La situation critique sur le plan financier de notre commune (faiblesse des investissements qui seraient utiles à la commune, dettes de la commune) nous amène à rejeter deux positions parfaitement démagogiques:
- celle faisant miroiter des baisses d'impôts qui fragiliseraient davantage encore l'état de la commune et ses capacités d'action et d'investissement;
- celle consistant à promettre tout à tout le monde, surtout quand on ne l'a pas tenu quand on était soi-même aux affaires.

C'est pourquoi, pour soutenir les associations communales,  nous avons proposé quatre orientations pour cadrer les subventions aux associations dans la commune:

1. Un budget participatif dès 2016, pour rendre public au maximum de citoyens l'état des ressources, des contraintes budgétaires et des besoins urgents de la commune, et rendre collectifs les choix communaux pour l'avenir.
2. Un conseil de la vie associative, qui réfléchira notamment, dans le cadre d'une enveloppe fermée déterminée par le budget participatif, aux critères de subvention. Notre priorité ira à la solidarité, à la cohésion sociale, à l'accès de tous à la culture, aux sports et aux loisirs.
3. La mise en oeuvre de vrais contrats d'objectifs pluri-annuels pour les associations ayant une subvention supérieure à 23 000 euros, comme cela devrait être la règle.
4. L'encouragement à la mise en réseau des associations et clubs sportifs avec celles et ceux des communes voisines quand cela a du sens.

Ensemble, avec le monde associatif, donnons du sens et de la vigueur à la participation des habitants!

Nous serons ainsi plus forts et plus solidaires pour exiger, avec l'ensemble des communes de France,  la réorientation des crédits d'état vers les collectivités locales, en faveur de la vie associative, culturelle et de l'investissement.

Bernard DE VEYLDER

------------

Budget 2016 :

l'avenir des associations citoyennes en question

Les associations citoyennes sont des acteurs indispensables pour répondre aux enjeux écologiques et pour reconstruire le vivre ensemble. Leur avenir est cependant remis en question par les gouvernements, l'Union européenne, les autorités locales et des forces économiques, notamment les banques. Petit à petit, des dispositions financières, administratives et managériales modifient la société en profondeur pour aller vers une société de marché, agressive et inégalitaire, au profit d'une toute petite minorité.
Dès aujourd'hui, de Chalon-sur-Saône à Romans, de Herblay à Colombes ou à Savigny-sur-Orge, des initiatives associatives, des équipements, des festivals, apportant une réponse forte aux attentes des citoyens, sont balayés d'un revers de main par des élus qui ne semblent pas en saisir les enjeux. Ailleurs, ce sont des baisses de subventions conséquentes qui viennent bousculer le paysage associatif. Selon la cartocrise-associative établie par le CAC, 87 % des communes observées ont diminué leurs subventions en 2015, en moyenne de 12 %, alors que 13 % les maintenaient ou les augmentaient. Combien de ces dernières pourront continuer à le faire en 2016 ?
Le projet de budget 2016 constitue un véritable instrument régressif de la transformation de la société. La campagne lancée par l'Association des Maires de France confirme les analyses du Collectif des Associations Citoyennes : la nouvelle baisse des dotations aux collectivités et des autres financements publics va se traduire par de nouvelles réductions drastiques de subventions aux associations. S'y ajoutent la perspective de mise en place de partenariats public-privé pour financer l'action associative, les effets de la loi Macron, les progrès d'une vision simpliste et managériale de l'action associative, etc. Dans le même temps, le CICE octroie un cadeau fiscal de 20 milliards par an aux entreprises, sans que celles-ci ne créent le moindre emploi. Le Plan social invisible, lancé depuis 2014, va donc continuer à faire ses ravages, malgré les discours lénifiants qui tentent de camoufler la réalité.
Au-delà des questions financières, c'est d'une considération renouvelée que les associations citoyennes ont besoin. Les richesses qu'elles produisent sont faites avant tout de développement humain, de démocratie locale, de participation à la vie de la cité, d'éducation citoyenne ou écologique, de renforcement du lien social. La création de richesse économique et d'emplois, bien que réelle, n'est jamais qu'une conséquence de leur activité et ne correspond aucunement à leur finalité.
A travers l'avenir de nos associations se joue un modèle de société plus humaine, enraciné dans les valeurs communes de la République et de la démocratie. Nous espérons encore que le gouvernement et les parlementaires prendront conscience de ces enjeux.
_____________________

  


jeudi 17 septembre 2015

5 raisons de voter Wasquehal écologique et solidaire


5 raisons de voter pour







1.


  1. voter intelligemment, à Wasquehal, c'est faire un vote d'avenir et d'espérance
  2. Sortir du cirque médiatique et retrouver des débats sereins
  3. Wasquehal Ecologique et Solidaire a un programme sérieux et des personnes d'expérience pour le porter.
  4. Des élu-e-s écologistes et solidaires à la mairie, c'est non seulement utile, mais nécessaire pour Wasquehal !

mardi 15 septembre 2015

Et si on se déplaçait autrement? Challenge de la mobilité en région

Nous le défendons et l'illustrons dans notre programme, la Région Nord-Pas-de-Calais, la Chambre de Commerce et d'Industrie Grand Lille et la Métropole européenne de Lille se mobilisent pour sensibiliser employeurs publics, privés et salariés pour se déplacer autrement que seuls, dans leur voiture.
A Wasquehal, tous les jours de la semaine, 6000 wasquehaliens quittent leur commune pour aller au travail, certains hors du département, et 10000 non wasquehaliens viennent travailler dans les entreprises de la commune.

Participons au premier Challenge de la mobilité   en région Nord-Pas-de-Calais :

http://www.challengemobilite-npdc.fr

Pour participer, on inscrit en ligne son établissement, on mobilise ses collègues, ses voisins, on note les déplacements réalisés à pieds, à vélo, en transport en commun ou en covoiturage... Et on gagne des cadeaux remis à la MEL!

On y va?

lundi 14 septembre 2015

Le sport pour tous!

Nous avons connu les  dérives dangereuses et mégalomanes de l'ère Vignoble en matière de soutien aux associations, et du sport: une part conséquente des ressources était dédiée, en toute opacité, à quelques clubs, parfois non wasquehaliens, dans le cadre d'une politique de prestige.
Parmi ces ressources, en toute illégalité, l'embauche de contractuels, par ailleurs logés aux frais de la mairie, mis à disposition de ces clubs.
L'ère Ducret s'est traduit, à juste titre, par la suppression du soutien au "Rallye d'Ypres" et à un "team cycliste 100% sans wasquehalien; cependant la baisse uniforme de 5% des subventions indistinctement pour tous les clubs est injustifiable.

Nous avions eu l'occasion de discuter en 2013 et au début 2014 avec un certain nombre de responsables de clubs sportifs, et leurs idées nous ont amené à faire les propositions qui suivent.
Qu'ils en soient remerciés.

Pour nous, il y a trois étages à une politique municipale du sport dans une commune de 20 000 habitants par ailleurs membre de la Métropole Européenne Lilloise (MEL):
- La possibilité de faire du sport librement dans la cité, sans être affilié à un club,
- La possibilité d'avoir une pratique sportive régulière en club et de développer son potentiel sportif,
- La possibilité, si on en a acquis les capacités de s'inscrire dans un parcours vers l'élite sportive au sein de la métropole.

La possibilité de faire du sport librement, c'est l'encouragement concret à bouger, à marcher, à faire du vélo, à pratiquer des activités tout au long de l'année. Au-delà des événements du type "parcours du coeur", cela veut dire par exemple aménager progressivement les deux berges du canal et de la Marque, en lien avec la MEL et l'Espace Naturel Métropolitain pour la course de fond, l'exercice. Cela veut dire aussi tendre vers un réseau cyclable cohérent...
Cela veut dire également favoriser les activités sportives des élèves en mettant à niveau les équipements sportifs destinés aux scolaires.

La possibilité pour tous d'avoir une pratique sportive régulière en club, cela veut dire aider les clubs financièrement, notamment en fonction du nombre de résidents inscrits, à bénéficier d'un encadrement de qualité et d'un accès à des équipements sûrs, en évitant que le prix des licenses soit prohibitif pour les Wasquehaliens.
Cette aide peut être la subvention directe, et il faut à tout prix corriger, à budget constant, les graves distorsions du passé entre clubs de notre commune. Elle passe aussi par la nécessaire remise en état progressive du patrimoine municipal.
Comme notre commune ne peut pas proposer la pratique de tous les sports à ses concitoyens, l'échelon de la Métropole est un échelon de solidarités réciproques, pour des équipements coûteux, qui peut être complété par des accords avec les communes voisines : Croix, Villeneuve d'Ascq...

La possibilité de s'inscrire dans un parcours vers l'élite sportive ne veut pas dire qu'il faut à tout prix avoir à Wasquehal des clubs tendant vers l'élite. Notre commune ne le peut pas. Cela veut dire simplement que Wasquehal doit développer des coopérations au sein de l'agglomération pour construire ces parcours, la Métropole ayant vocation à porter la politique en direction des clubs d'élite.
Nous avons deux équipements de haut niveau qui n'existent pas ailleurs, du moins à ce niveau de qualité: la patinoire et le dojo. C'est sans doute au niveau des sports de glisse et d'opposition qu'il faut positionner notre commune vers l'excellence, avec l'aide de la Métropole.
 En revanche, pour les sports collectifs, par exemple, il faut jouer les complémentarités, en se consacrant en particulier à la formation, sans chercher à avoir à tout prix une équipe d'élite.

C'est à notre avis dans cette logique que l'aide communale pour le sport sera la plus fructueuse au regard de ressources financières limitées.

Et la petite enfance?

Nous n'avons pas pu, dans notre programme de 12 pages, développer suffisamment nos proposition sur la petite enfance.
Nous le faisons en reprenant et développant un article publié il y a quelques temps.
Nous le faisons avec d'autant plus de plaisir que celui qui présentait le budget communal avant mars 2014, un budget où la part de l'investissement était très insuffisante, aujourd'hui  prétend qu'il va réaliser une quantité extraordinaire d'investissements, dont une crèche pour remplacer celle qui a été fermée par l'équipe Ducret.
Les promesses, c'est bien connu, n'engagent que ceux qui les croient.

Petite enfance: répondre aux besoins par des réponses pertinentes

Les jeunes parents wasquehaliens qui travaillent ont besoin d'un accueil adapté de leurs enfants jusqu'à l'âge de trois ans, en prenant en compte leurs ressources financières.

Il appartient à la municipalité de mobiliser toutes les  potentialités pour y arriver : réseau d'assistantes maternelles, crèches municipales, crèches parentales ou associatives... les wasquehaliens doivent voir à l'oeuvre un volontarisme municipal.
Cela veut dire d'abord que, même si les finances municipales ont été très fragilisées par les errements de l'équipe Vignoble-Hanicotte, le service rendu aux jeunes parents ne doit pas se dégrader, même si, parfois, l'imagination, l'encouragement aux initiatives d'habitants et à la coopération, la mise en réseau de tous les acteurs, peuvent compenser partiellement le manque de moyens.
La municipalité Vignoble-Hnicotte avait tendance à répondre aux problèmes par le clientélisme et une fuite en avant budgétaire, en faisant souvent des montages d'une régularité douteuse:
- Les locaux de la crèche de la rue Delerue  supposaient des travaux importants et la PMI avait notifié depuis un an des mesures à prendre dans la prise en charge des enfants .
- la prétendue "classe passerelle" de l'école Montessori était  un montage boiteux réalisé il y a plusieurs années, sans accord (et donc sans financement) de la CAF. Elle ne profitait d'ailleurs pas, pour l'essentiel, à la population du quartier.
Mais la municipalité Ducret, toute aveuglée par le souci d'économies bugétaires - pas partout, apparemment-, ne s'est pas donné le temps d'entendre les usagers, de construire des solutions dans le temps avec eux avant de fermer la crèche et de reprendre les deux postes implantés à l'école Montessori.
L'intérêt des jeunes parents wasquehaliens et de leurs enfants n'est pas forcément  la scolarisation précoce des enfants*, mais la mise en oeuvre de solutions d'accueil de proximité diversifiées mais de qualité et financièrement accessibles. 
Cela veut dire répondre à l'urgence, aux besoins immédiats, mais aussi conforter à moyen terme sur la commune une politique pérenne de la petite enfance de qualité:

-favorisant le travail commun entre tous les acteurs de la petite enfance;

 - renforçant  la professionnalisation et le travail en commun  entre les assistantes maternelles grâce au Réseau local d'Assitantes Maternelles,

- complétant le maillage des crèches 6 municipales et  2 structures associatives en compensant par exemple la fermeture en centre ville de la crèche de la rue Delerue, d'une part en cherchant à transformer le statut de la halte-garderie de l'Orée du Golfe  et le multi-accueil de la Maison Nouvelle,  et d'autre part en avançant, par exemple, comme à Lille, vers  des crèches sous statut de Société Coopérative d'Intérêt collectif, associant les parents et différents partenaires financiers ( finances solidaires, cigales, mairie...)**, 

    - assurant enfin une bonne coordination de ces formes d'accueil avec les écoles maternelles permettant d'assurer une transition en douceur pour les enfants, dans le cadre du Plan Educatif de Territoire. C'est dans ce cadre que nous réétudierons la possibilité d'installation d'une classe passerelle sur le Capreau et sur le Haut-Vinage, en respectant des règles de sectorisation strictes et des critères sociaux, et en conventionnement  avec la CAF.
 
Voilà ce que les écologistes s'engagent à faire lors du prochain mandat.

-----------------

*Rappelons que si les classes passerelles ont un sens, c'est celui de favoriser l'apprentissage du langage pour les enfants de familles défavorisées ou d'origine étrangère. 
**La SCIC garantit le caractère éthique et solidaire du projet, en minimisant l'investissement de la commune, dont les ressources sont actuellement limitées, du fait des dérives budgétaires précédentes. C'est une alternative aux crèches privées à but lucratif.

dimanche 13 septembre 2015

Réfugiés: Un voeu pour le prochain conseil


Vœu du conseil municipal de Wasquehal relatif à l’engagement de la commune dans le réseau des territoires refuges,
Présenté par .................

- Considérant l’afflux, aux portes de l’Europe, de réfugiés de Syrie, d’Irak, d’Afghanistan, d’Erythrée, fuyant leur pays en guerre depuis de nombreuses années,
- Considérant le préambule de la Constitution de la République Française qui rappelle que « Tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d'asile sur les territoires de la République. »,
- Considérant que l'Union Européenne est engagée dans l'accueil de ces réfugiés,
- Considérant qu’il est du devoir de notre collectivité de s’inscrire dans un mouvement de solidarité humaine avec ces réfugiés,

Le conseil municipal de Wasquehal, réuni en séance le ................., déclare que la ville de Wasquehal est un territoire refuge.

A cette fin, le conseil municipal mandate le/la Maire pour mobiliser les moyens dont dispose la ville afin d’accueillir de façon temporaire ou pérenne des réfugiés.

Le conseil municipal mandate également le/la Maire pour coordonner ses actions avec les associations nationales et locales.

Le conseil municipal appelle la population de .Wasquehal à se mobiliser pour venir en aide aux réfugiés et s’engage à faire connaître toutes les initiatives de solidarité citoyenne sur ses supports d’information.

Isabelle Le Glaz

Isabelle LE GLAZ, ingénieure chef de projet, habite le quartier du Haut-Vinage.


Ses motivations :

"Attachée au respect de la démocratie, les dernières élections ne m’ont pas hélas permis d’être représentée  au conseil municipal dans mes valeurs fondamentales. 
Ainsi, je souhaite que notre liste offre la possibilité aux Wasquehaliens qui partagent nos  valeurs de respect de l’environnement et de solidarité, de voter pour une liste qui propose des solutions concrètes en ce sens, comme le développement des circuits courts en alimentation, les chantiers collectifs d’économie d’énergie, la promotion des modes de transports doux."

jeudi 10 septembre 2015

Parole au peuple: notre intervention

http://www.icapi.fr/les-poles-059290/media-ntic/webtv/parole-au-peuple-2015-rencontre-avec-bernard-de-veylder-wasquehal-ecologique-et-solidaire.html

mercredi 9 septembre 2015

Pascale MARUSZAK

Pascale DEBUISSCHERT (MARUS VEL MARUSZAK), 62 ans, Secrétaire retraitée

Ses motivation pour être sur la liste "Wasquehal Écologique et Solidaire":

"J'ai trouvé ma place au sein de ce groupe car les valeurs :
- SOLIDARITE au sens large du terme
- CITOYENNETE 'éducation, civisme, participation)
- ECOLOGIE (meilleure qualité de vie, jardins partagés...)
sont très ancrées et importantes.
Venez nous rejoindre."

mardi 8 septembre 2015

Pour une vie municipale apaisée

Les batailles autour des collages d'affiches cela commence à bien faire. Aujourd'hui, c'est Monsieur Laarman, qui par ailleurs, aggrave son cas par des propos sexistes. Hier, c'étaient certains partisans véhéments de Monsieur Vignoble.
Conformément à leur tradition non violente, les écologistes ne participeront pas à cette bataille de cour d'école. D'autant plus que les résultats des élections ne sont pas liées au nombre d'affiches que l'on a su garder sur les panneaux d'expression libre.
Nous collerons donc nos affiches électorales pour l'essentiel sur les panneaux électoraux, comme nous l'avons fait jusqu'à présent.
Et nous mènerons une campagne de conviction, certes, mais avec la volonté de construire du débat public de qualité, sur des projets, et dans un contexte apaisé, sans gesticulation inutile.

lundi 7 septembre 2015

Notre réunion publique du 14 septembre

RÉUNION PUBLIQUE
LUNDI 14 SEPTEMBRE à 18h30, salle du Foyer
DUTRIEU
rue HOCHE à WASQUEHAL (Métro Hôtel de Ville de Wasquehal),

 
UNE MAIRIE ECOLOGISTE, ÇÀ CHANGE
QUOI ?
 
AVEC : DAMIEN CARÊME, MAIRE DE GRANDE SYNTHE,

MYRIAM CAU, VICE-PRESIDENTE DU CONSEIL RÉGIONAL

ET LISE DALEUX, Présidente du groupe des élus à la Métropole
Européenne de Lille

Venez nombreux!

Gérard DESMARCHELIER

Gérard DESMARCHELIER, jeune retraité de la CPAM, quartier Centre.


Ses motivations:

Une bonne partie de mes activités professionnelles se sont concrétisées par un engagement  dans une grande confédération syndicale. D'un syndicat local Roubaix-Tourcoing j'ai participé à la création d'un syndicat régional de la protection sociale et je suis devenu trésorier et formateur de ce syndicat. L'interprofessionnel m'a très vite rattrapé au niveau de la zone Roubaix Tourcoing. Du fait de la proximité avec la Belgique j'ai eu la possibilité de participer à un groupe de formation universitaire dans le cadre de la FOPES, ce qui m'a permis de soutenir un mémoire sur les échanges transfrontaliers.

D'autre part étant jardinier amateur, je me refuse à utiliser tout produit chimique.  Par ailleurs je suis abonné depuis près de 10 ans à la revue "les quatre saisons du jardinier éditée par "Terre vivante".

Petit à petit je suis devenu un jardiner écolo."

Flora David

Flora David, 27 ans, en recherche d'emploi dans la petite enfance. Quartier du Capreau.


Ses motivations:

"Wasquehalienne depuis toujours, je m'appelle Flora David, j'ai 27 ans et travaille dans le milieu de la petite enfance.
Préoccupée par la vie de ma ville, je suis candidate pour siéger au conseil municipal. Grâce au vote démocratique, j'essaierai de représenter au mieux, les désirs, les envies des wasquehaliens et par l'écoute de ces derniers j'espère améliorer leur quotidien."

Claude VALLE

Claude VALLE est ingénieur chef de projet électronique. Il habite au Haut-Vinage.

 Ses motivations :


De par l’Europe, les villes à fort usage du vélo pour les déplacements du quotidien connaissent, au delà d’une qualité de l’air supérieure et une pollution sonore moindre, un meilleur développement des commerces locaux et des marchés de producteurs, une plus grande convivialité et une forte attractivité. 

C’est pourquoi je m’engage sur notre liste citoyenne et écologiste, qui nous permettra de promouvoir les solutions d’avenir du vivre ensemble que sont les déplacements doux et l’alimentation locale et issue de l’agriculture biologique ainsi que le sport-santé pour tous.

Une ville écologique et plus douce au quotidien


Nous poursuivons la publication de notre programme complet, qui donnera lieu à une publication légèrement abrégée sur 12 pages, par cet article.
Nous conclurons  prochainement par nos propositions pour les quartiers.

Nos constats :
La ville est bien située au cœur de la Métropole. Mais elle s'est développée, sous l'ère Vignoble, sans plan d'ensemble, sans réelle concertation, en sacrifiant des espaces verts, et sans répondre aux besoins en logements sociaux de tous types.
La place des jardins familiaux est restreinte, les maraîchages ont disparu.
Les déplacements à vélo à l'intérieur de la ville sont dangereux, et dans certains endroits, les déplacements à pieds le sont aussi.
Une rue sans trottoirs, pour aller à l'école De Gaulle?
 
35% des foyers ont deux véhicules, or nos rues sont souvent étroites. C'est souvent un choix contraint pour des raisons professionnelles. Une large majorité de salariés habitant Wasquehal travaillent hors de la ville, voire hors agglomération. Une majorité de salariés d'entreprises wasquehaliennes viennent d'ailleurs. D'où les bouchons et problèmes de stationnement dans la commune . D'autres choix sont possibles !


Nous sommes conscients qu'il faut, à tous niveaux, limiter les émissions de gaz à effet de serre .
Mettre au cœur de notre projet l'écologie, c'est une opportunité pour vivre mieux, économiser de l'argent, et même pour maintenir et créer des emplois locaux :

Nos propositions :
  1. Réconcilier Wasquehal avec la nature
  • transformer les abords du canal et de la Marque en parc urbain, par l'achat progressif de parcelles attenantes avec l'aide de l'Espace Naturel Lille Métropole et de l'Etablissement Public Foncier, et y constituer un arboretum local ;
  • Prévoir, progressivement, dans les futurs aménagements urbains, dans chaque quartier, un espace vert équipé de jeux.
  • Continuer d'être ville fleurie, mais se préparer à faire au plus vite de Wasquehal une ville sans pesticides.
  • Créer de nouvelles parcelles de jardins familiaux, jardins partagés et toitures terrasses végétalisées, favoriser le jardinage bio dans la ville.
  • Encourager le maraîchage urbain dans les quelques secteurs (sentier du Laurier...) non bâtis.
  • Attribuer une délégation sur la condition animale en ville et contribuer à l'installation, sur le secteur, d'un refuge digne de ce nom pour les animaux abandonnés.

  1. Préserver sa santé :
Un élu sera chargé du dossier santé-environnement. Ses missions :
  • d'abord favoriser une alimentation bio et locale dans la restauration collective, ainsi que des menus alternatifs végétariens ;
    - développer les jardins partagés 


  • encourager les déplacements à pieds et à vélo , et développer les équipements légers permettant le sport en toute liberté dans la ville (parcours santé autour du canal, puis petits terrains de sports...) ;éclairage écologique aux bords du canal.
  • Sensibiliser chacun et combattre les émissions de pollutions de tous types, à commencer par celles générées par les services de la ville, en lien avec l'élu délégué aux économies d'énergie.
  • Créer un point « Accueil santé -solidarité » ( Accueil des personnes en situation de précarité,
actions de prévention, centres de ressources spécialisés etc ….)
- Adhérer au réseau « Villes Santé de l'OMS » pour mettre la santé au cœur de toutes les actions municipales.


    Les élus chargés de l'urbanisme, de la maîtrise de l'énergie et des déplacements travailleront pour :
  1. Définir ensemble de nouvelles règles d'urbanisme et de déplacement pour éviter les constructions anarchiques.
  • Pas de nouveau projet d'immeubles sans étude d'impact sur les déplacements et stationnements.
  • Avec les conseils de quartiers revoir les principes de l'urbanisme local .
  • Mettre en place la rénovation thermique des écoles et salles municipales et aider les habitants à rénover leurs maisons. C'est de l'emploi local en plus et des économies pour l'avenir.
  • Favoriser les projets portés par les habitants pour l'aménagement et le verdissement des rues.
  • Limiter les panneaux publicitaires et interdire leur éclairage de 22h à 6h du matin.
  • Remplacer rapidement l'éclairage actuel par de l'éclairage basse consommation.


  1. Pouvoir se déplacer tous, autrement, en toute sécurité :
  • Agir sur la Métropole pour la desserte en bus rapides de certains quartiers, et la mise en place de tarifs sociaux .
  • Encourager le co-voiturage en prévoyant des espaces de stationnement dédiés (centre-ville, Grand Cottignies, pour commencer) . Sur une année, le co-voiturage, ce sont de sérieuses économies pour les utilisateurs !
    co-voiturage

  • Négocier l'installation au centre-ville d'une station « Lilas-Auto-partage ».
    lilas autopartage

  • Réaliser avec la Métropole un plan de circulation des vélos à l'intérieur de la ville


  • Réaliser des voies piétonnes là où elles font défaut, et les aménager pour les personnes handicapées.